Qualité de l'air

L'indice de la qualité de l'air

Légende

1 = très bon
10 = très mauvais

La mesure de la qualité de l'air

Quel organisme mesure la qualité de l'air ?

L'indice de la qualité de l'air est fourni par l'association ATMO Bourgogne-Franche-Comté.

Voici ses missions principales :

  • surveiller la qualité de l'air à l'aide de stations fixes de mesures
  • étudier les phénomènes de la pollution atmosphérique afin d'améliorer les connaissances dans ce domaine
  • informer le grand public sur la qualité de l'air et son évolution et alerter les autorités en cas de pics de pollution.

Quels sont les principaux polluants ?

Les principaux polluants qui ont des effets préjudiciables sur notre santé et notre environnement sont les suivants :

  • l'ozone (O3)
  • le dioxyde de soufre (SO2)
  • les oxydes d’azote (NOx)
  • le monoxyde de carbone (CO)
  • les particules fines (PF)

Ces polluants sont essentiellement produits par des phénomènes de combustion (transport automobile dense, industrie, chauffage...) et leurs effets sont accentués par les conditions atmosphériques : un fort ensoleillement et un vent faible peuvent aggraver la situation. 

C'est pourquoi les pics de pollution à l'ozone ont essentiellement lieu en période estivale : l'ozone résulte d’une réaction photochimique (sous l’effet des rayons solaires).

Comment est mesuré l'indice de la qualité de l'air ?

L’indice ATMO est construit à partir des données de mesures de ces polluants principaux.

Ces polluants font partie des composés dont la surveillance est assurée en permanence par Atmo BFC, et dont les niveaux dans l’air ambiant font l’objet d’une réglementation au niveau européen et national. Leurs concentrations sont classées sur une échelle de 1 à 10. Le plus élevé de ces 4 sous-indices détermine l’indice ATMO de la journée.

L’indice de qualité de l’air simplifié (IQA) est basé sur les résultats d’un, deux, trois ou quatre de ces polluants, en fonction de l'équipement de surveillance déployé dans la zone géographique considérée. Les règles de calcul restent les mêmes que celles de l'indice ATMO.

source : ATMO BFC

En cas de pic de pollution

En cas de pic de pollution, le réseau Ginko se mobilise aux côtés de Grand Besançon Métropole pour inciter chacun à privilégier des modes de transports non polluants : bus, tram, vélo, marche, covoiturage...

Lorsque qu'un pic de pollution est annoncé par la préfecture (indice supérieur à 7), le réseau Ginko (bus, tram, cars, P+R) est gratuit.

Je monte, je valide, même en cas de pic de pollution !

Même si le réseau Ginko est gratuit, la validation est obligatoire ! Les valideurs ne décomptent aucun voyage.


Pour rappel, la validation permet de savoir avec exactitude le nombre de voyageurs Ginko. Cette information est d'autant plus précieuse en cas de pic de pollution !

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur notre site vous en acceptez l‘utilisation pour vous proposer un service personnalisé et réaliser des statistiques de visites. En savoir plus